FANDOM


Bien qu'à l'écart de la N20, Chamarande a profité de la proximité de cette voie de communication.

Histoire rapide Modifier

Le village s'est toujours située dans une situation frontalière spécifique, d'abord entre trois grandes tribus gauloises : Senons à l'est, Carnutes à l'ouest et au sud, et Parisii au nord, puis entre les trois évêchés de Sens, de Chartres et de Paris.

Son nom ancien de Bonnes, rappelle cette situation, car c'est une forme médiévale du mot "borne". En 1684, la seigneurie est acquise par la famille d'Ornaison, originaire d'un petit hameau du Forez. En 1686, celle-ci obtient de Louis XIV l'autorisation de débaptiser le village et de l'appeler Chamarande, en souvenir de sa terre d'origine : Chalmazel.

Le village a toujours vécu en grande symbiose avec le château. Le Duc de Persigny, ministre de l'Intérieur de Napoléon III et propriétaire du lieu, contribua financièrement à l'édification de nombreux bâtiments de la ville.

Au fil de la route Modifier

Le château de Chamarande est évidemment le point d’intérêt principal du village. Il accueille aujourd'hui un centre d'art contemporain, les archives départementales, le FDAC91 et un centre d'hébergement pour les "classes vertes" des scolaires.

Ce château était relié à la N20 par une belle avenue plantée, parfaitement visible sur les vieilles cartes et même représentée sur les cartes de Cassini (voir ICI). Ce chemin existe toujours comme voie forestière et chemin d'exploitation agricole (voir la partie forestière, la partie agricole et la jonction avec la N20)

Vues de la routeModifier

090 001

L'auberge de Bel-Air. A noter la station essence à côté et l'aspect étroit de la route.

Vue actuelle : [1]

Pour aller plus loin Modifier