FANDOM


Histoire Modifier

Le territoire de Clamart fut fréquenté dès la Préhistoire comme l'indique la présence du monument mégalithique La Pierre-aux-Moines.

Un nom latin Clemartium était connu dès le VIIe siècle. Églises, couvents, évêques ont possédé la terre de Clamart tour à tour. Peu d'évènements historiques s'y rattachent, mais à cause de sa proximité de paris, le village sera plusieurs fois saccagé. Par la suite, la village verra l'installation de nombreux princes qui aménageront la forêt de Meudon toute proche.

Le grande histoire rejoint Clamart à la fin des Cent-jours, une vive fusillade s'engagea entre les Anglais placés sur les hauteurs de Meudon, Sèvres, Châtillon et le général Vandamme. Lors du siège de Paris de 1870, Clamart fut encore touchée, lors des batailles de Châtillon.

C'est au Petit-Clamart qu'eut lieu un attentat manqué contre le général de Gaulle, le 22 août 1962, à ce croisement.

Bénéficiant d'un large territoire, Clamart fut longtemps une zone de production agricole et légumière. Les petits pois de Clamart furent tellement réputés qu'ils sont entrés dans l'expression culinaire française (« à la Clamart » signifiant accompagné d'une garniture aux petits pois). Mais la ville s'est considérablement urbanisée depuis les années 20, mettant fin à la production locale.

Au fil de la route Modifier

Le bourg même de Clamart est éloignée de la route de Chevreuse. Il se situe en contre-bas de la butte de Châtillon, à l'écart de la grande circulation.

Le plateau, où passent les routes anciennes et modernes, restera longtemps une zone agricole avant de recevoir des lotissements. Le jardin Parisien fut crée dès 1907. Le petit-Clamart suivra au cours dès années 20, au croisement de la N306 et de la N186.

Le vieux chemin passait par l'actuelle rue de la Porte Trivaux (Voir ICI, la séparation des deux chemins). Cette Porte donnait sur la forêt de Meudon. La forêt était un domaine privé aménagé par Louvois, puis repris par la famille Royale et était par conséquent ceinte de murs. Ceux-ci seront abattus en 1780 par Louis XVI et aujourd'hui, rien ne rappelle cette limite.

La route moderne supportera la circulation automobile et sera aménagée en conséquence. Le carrefour du petit-Clamart illustre cette mutation, en passant d'une place campagnarde ombragée et un pole d'échanges encombré. Les extraits ci-dessous sont issus de l'IGN (Geoportail).

Vues de la route Modifier

La route de Chevreuse (N306) Modifier

763 001
Les réservoirs de Clamart.

Démolis il y a peu, ils ont longtemps dominé le plateau.

Vue en 2008 : [1]

365 001
L'avenue de Gaulle vers 1930. A noter les panneaux de signalisations.

La rue a été agrandie pour faire face à la circulation et les vieilles maisons disparaissent.

Vue en 2008 : [2]

Vue actuelle : [3]

Le rond-point de Clamart (N186 et N306) Modifier

661 001
Le futur rond point de Clamart (vers 1900) - Vue vers Versailles.

Les bâtiments ont tout l'aspect de relais ruraux.

Néanmoins, les automobiles peuvent déjà se ravitailler

605 001
Même endroit, vers 1910.

Le relais des chasseurs a été reconstruit.

617 001
Même endroit vers 1930 : Tout est fait pour l'accueil des automobiles.

Depuis, l'A 86 a bouleversé le paysage, mais le relais existe toujours.

Vue actuelle : [4]

648 001
Le futur rond point de Clamart (vers 1900) - Vue vers Paris.

L'environnement est champêtre.

Vue actuelle : [5]

002 001
Même vue vers 1940. Les aménagements ont débuté.

Les maisons au premier-plan seront amenés à disparaître.

Pour en savoir plus Modifier

Histoire de Clamart : [6]

Plan de la forêt de Meudon, avant 1780 : [7]