FANDOM


La Queue se situe dans la plaine de Montfort-l'Amaury et était une étape de relais sur la Grande Route de Bretagne.

Histoire rapideModifier

le hameau de La Queue est longtemps resté un simple hameau agricole, dépendant de Galluis. Elle prendra de l'importance comme relais sur la future N12. Son nom viendrait que ce hameau se situe en terminaison de la forêt d'Yvelines.

Une église est construite en 1847, à la place d'une ancienne chapelle Saint-Nicolas.

C’est le 3 février 1884 que pour la première fois la commune prend officiellement son nom de La Queue-lès-Yvelines et devient une commune à part entière. Elle a près de 900 habitants.

D'août à novembre 1944, la commune fut un village-relais sur la route du Red Ball Express.

Au long de la route : Modifier

Le hameau de l'Espérance : Sur la commune de Méré. Un carrefour important sur l'ancienne N12.

Église Saint-Nicolas, construction en pierre à clocher-porche surmonté d'une flèche hexagonale couverte d'ardoise, construite en 1847.

Le château de la Couharde. Érigé à partir du XVe siècle, c'est aujourd'hui un parcours de Golf. Il existait un grand accès par la N12, ICI.

Tour du télégraphe Chappe, vestiges sur la butte du hameau des Moulins, à peu de distance de la route.

Le château de Millemont. Accessible autrefois par un grand accès sur la N12.

Vues de la routeModifier

423 001
Entrée du village par Versailles (années 50).

L’occasion d'admirer la signalétique Michelin.

Vue actuelle : [1]

764 001
Quelques dizaines de mètres plus loin. La voiture occupe déjà une bonne partie de la voirie.

Le garage à droite s'est agrandie.

vue actuelle : [2]

668 001-0
Autre exemple où les auberges s'égrenaient le long des routes.

Le "Relais" existe toujours. Est-ce-lui, l'ancien relais de Poste ?

Vue actuelle : [3]

052 001
Toussoter les années 50, et les station-services omniprésentes en centre ville.

Cette dernière a été chassée depuis.

Vue actuelle : [4]