FANDOM


L'origine du Perray est surement très ancienne, car le nom même rappelle les anciens chemins romains. Il ne fait guère de doutes, cependant, que ces anciens tracés ne concernant pas la N10.

Histoire rapideModifier

Le Perray-en-Yvelines est au moins connu dans un document de 1239. La référence à une voie Perré pourrait correspondre à la vieille voie romaine reliant Beauvais à Orléans, mais peu de choses indiquent aujourd'hui où passait cette voie. La topographie actuelle montre de nombreux chemins droits au travers des vallons, mais ce sont souvent des chemins forestiers prévus pour la chasse, et datant de l'ancien régime.

De cette époque, remontent plusieurs aménagements royaux.

Au long de la routeModifier

Avant d'arriver au Perray, le route passe à côté des Etangs de Hollande. Ce sont les plus vastes et les plus lointains des aménagements hydrauliques de Versailles et ils ont été crée entre 1683 et 1685. On ne peut que saluer la science des aménageurs de l'époque pour créer un système qui approvisionna Versailles en eau par simple gravité, et ce, jusqu'en 1977.

Les lieux furent si enchanteurs que Louis XV y fit bâtir un Château, de 1755 à 1758. Il fut délaissé par Louis XVI au profit du château de Rambouillet. Le lieu fut rapidement ruiné et démoli avant 1855, il n'en subsiste que la terrasse. En revanche, la Route Royale précisée sur les cartes n'a aucun rapport avec le tracé ancien de la N10. Elle n'était qu'un chemin d'accès au château.

Face à cela, Napoléon fera construire un rendez-vous de chasse, toujours debout.

En ville, l'église paroissiale Saint-Éloi date de la seconde moitié du XIIIe siècle mais a été très souvent réhabilitée. L'étang du Perray a également été crée pour récupérer l'eau pour Versailles.

La croix St-Jacques, en sortie de village.

Vue de la route Modifier