FANDOM


Histoire Modifier

Commune voisine de Paris, Montrouge fut longtemps un bourg peu habité. La ville se constitua autour de deux points :

  • Le petit-Montrouge : autour de l'actuelle place Basch et annexé par Paris en 1860, formant depuis une partie du 14e arrondissement de Paris.
  • Le grand-Montrouge : le long de l'actuelle rue Gabriel Péri.

Village de paysans et de carriers, peu de monuments se signalent à Montrouge si ce n'est la présence d'un château construit par les marquis de Châteauneuf vers 1650, ainsi que d’une réserve de chasse. Ce château sera démoli vers 1815, mais les jardins resteront encore en place près d'un siècle avant d'être lotie (voir IGN). L'urbanisation viendra ensuite à partir de 1900, par l'accueil d'industries non désirées dans Paris même.

Au fil de la route : Modifier

En suivant la N20 Modifier

C'est l'artère économique de Montrouge, très rapidement lotie et prévue large depuis longtemps. Outre l'Arpajonnais, plusieurs lignes de tramways y circulaient pour relier Montrouge à la Porte de Vincennes (125) et deSaint-Cloud (126) par la petite couronne parisienne. On y retrouvait :

  • Le Stade Buffalo

Ce fut un des hauts lieu des sports collectifs français et un des premiers vrais grands stades en pouvant accueillir plus de 20 000 spectateurs. Il fut démoli en 1957.

Il est visible sur les anciennes vues aériennes (avec le fort voisin) ICI.

  • Le Fort de Montrouge

Bien mal nommé, puisque situé sur la commune d'Arcueil. Cette situation s'explique par le refus de Montrouge de participer à l'entretien du fort, comme le lui imposait la loi. L'emprise foncière fut dès lors transférée à Arcueil.

Construit entre 1843 et 1845, il fait partie de la première ceinture de forts chargée de renforcer l'enceinte de Thiers. De ses feux, il contrôlait le passage par la N20, dans un secteur libre de constructions à l'époque. Durement touché lors de la guerre de 1870 et la Commune, il sera remis en état par la suite et est toujours utilisé par la Gendarmerie.

Après la Libération, le fort est utilisé pour les exécutions capitales de plusieurs collaborateurs (dont Robert Brasillach) ou différents membres de la Gestapo française (dont Pierre Bonny et Henri Lafont). Le maréchal Pétain y fut interné trois mois, dans l'attente de son procès.

En suivant la N306 Modifier

Lotie plus tardivement, la route marque la limite avec Malakoff. 2 lignes de tramways urbains y circulaient (le 86 et le 127), reliant Paris à Châtillon. Peu d'éléments marquants sont à signaler.

Vues de la route Modifier

N20 Modifier

689 001

Les garages de l'Arpajonnais, vers 1900

Vue actuelle : [1]

540 001

Entrée de Montrouge, vers 1900. Le périphérique passe désormais aux pieds du garçon.

Vue actuelle : [2]

463 001

Entrée de Montrouge. Le tabac existe toujours, la route a été agrandie depuis

Vue actuelle : [3]

959 001

La Tannerie Enault à droite. installée à partir de 1850,  Elle marquait le paysage de sa haute cheminée reconstruite en 1905. Elle fut détruite en 1937 par un incendie.

vue actuelle : [4]

082 001

Autre vue de la Tannerie Enault, vers Paris

Vue actuelle : [5]

267 001

La chocolaterie Gondard au premier plan : vue vers Paris. L'établissement fit faillite en 1922

Vue actuelle : [6]

725 001

Autre vue vers Paris. Cette partie a largement été modernisée

Vue actuelle : [7]

N306 Modifier

857 001

Entrée de Montrouge et vue vers Paris, vers 1900. Au niveau du virage au fond, passe aujourd'hui le Périph'. A noter le distributeur de Moto-Naphta.

Vue actuelle : [8]

851 001

Même endroit mais vue vers Châtillon. On y retrouve le distributeur de bidons d'essence de la photo précédente.

Vue actuelle : [9]

440 001

Vue vers Châtillon et crosiement avec la rue Gabriel Péri (Malakoff), vers les années 50. L'automobile prend la place.

Vue actuelle : [10]

230 001

Vue vers Paris et croisement avec la rue Gabriel Péri (vers 1900). Le tramway règne. vue actuelle : [11]

856 001

Même endroit vers les années 50. La signalétique automobile est bien présente alors que le tramway a disparu. Le quartier sera modernisé par la suite.

836 001

Vue vers Paris, au croisement de l'Avenue Verdier. A noter encore un distributeur de bidons : Moto-Naphta. (Voir un historique de la distribution d’essence en France, ICI).

Vue actuelle : [12]

685 001 92

Vue vers Châtillon. le Pont-Supérieur du dépôt de Bagneux est visible en fond

Vue actuelle : [13]


Pour en savoir plus Modifier

Histoire de Montrouge : [14]

La tannerie Enault : [15]

Le patrimoine de Montrouge : [16]

La modernisation de Montrouge, dans les années 20 : [17]