FANDOM


HistoireModifier

Un simple gué devait déjà existait à l'époque romaine, habité par quelques pêcheurs. Ce gué se transformera plus tard en port, construit sur la garenne appartenant à l'abbaye de Saint Denis. En 1140, les moines établissent un bac facilitant le passage de la Seine. Un village se forme autour de leur ancienne ferme appelée Nully en 1316. Un pont en bois le remplacera en 1609.

Sur ce territoire, François Ier fit construire le château de Boulogne, en bordure du futur bois de Boulogne, qui prit par la suite le nom de château de Madrid. Il fut démoli en 1793, pendant la Révolution et aucun vestige n'en demeure.

Le château de Neuilly, lui, fut construit à partir de 1751 et modifié par la suite par Murat qui l'acheta en 1802. Ce fut la résidence favorite du roi Louis-Philippe et de sa famille de 1830 à 1848 occasionnant son incendie lors de la Révolution de 1848. L'immense parc du château fut loti à partir de 1853 (Voir ICI, l'étendue du parc par rapport au Neuilly actuel).

C'est en 1786, dans la plaine des Sablons, que l'apothicaire Antoine Parmentier tentera les premières cultures de la pomme de terre.

En 1815, il y eut à Neuilly plusieurs engagements entre alliés et Français, pour s'emparer du pont. Bien défendu, il fut conservé intact.

157 001

En 1859, le quartier des Ternes est détaché de la commune pour être inclus dans le nouveau Paris d'Haussmann. En 1866, la commune perd également de la surface pour constituer une partie de la nouvelle commune de Levallois-Perret. Enfin, en 1929, c'est le bois de Boulogne qui revient à Paris également.

Les combats de la Commune sont violents à Neuilly et les bombardements détruisent une grande partie des habitations (cinq cents maisons) où les fédérés s'étaient retranchés.

Le traité de Neuilly entre les Alliés et la Bulgarie est signé, le 27 novembre 1919, dans la salle des fêtes de la mairie.

Le 13 mai 1993, la prise d'otage d'une classe de maternelle à l'école de rue de la Ferme fait la une des média.

Au fil de la route : Modifier

En suivant la N13 médiévaleModifier

Ce parcours suit d'abord l'avenue du Roule. Il fait peu de doute que cette avenue a été rectifiée depuis longtemps et à remplacé un chemin médiéval dont il ne reste trace. Peut-être que la rue de Poissonniers recouvre en partie ce chemin, puis qu'elle mène directement à la rue du Pont, rappelant au passage l'activité portuaire de Neuilly.
Elle était parcourue par une double voie de tramway, permettant le passage de plusieurs lignes de la TPDS(vers 1880) puis de STCRP : le 37 (Madeleine-Avenue de Madrid. Fermé en mai 1930), le 38 (Marché de Puteaux-Porte de Champerret. Dévié par l'Avenue de Neuilly en octobre 1923 et fermé en décembre 1936), le 62 (Maisons Laffitte-Porte de Neuilly. Dévié par l'Avenue de Neuilly en juillet 1924 et fermé en août 1935) et le 62 bis (La Garenne Charlebourg-Porte de Neuilly, en remplacement du 62, et fermé en décembre 1934).

Une grande partie de l'avenue s'est lotie lors de la suppression du parc du château de Neuilly.A l'entrée de l'avenue, se situe Notre-Dame-de-Compassion (Chapelle Saint-Ferdinand). En souvenir de la mort du prince Ferdinand-Philippe d'Orléans, fils du roi Louis-Philippe.

  • Numéro 62-66-70 : hospice de retraite Sainte-Anne. L'institution a été construit de 1862 à 1864 par les sœurs de la Charité après qu’elles ont été expulsées de Paris. Le nouveau bâtiment en façade a été construit en 1870. En 1993, la maison de retraite est désaffectée puis abandonnée. La commune racheta les bâtiments et l’ensemble abrite depuis 2012-2013 le centre culturel et le théâtre des Sablons (auditorium dans la chapelle, etc.).
  • 90 : église paroissiale catholique Saint-Pierre (1887-1895).
  • 96 : hôtel de ville (achevé en 1882) - sur le parvis : statue de Parmentier.

Après un écart par la place du Général-Gouraud, et la rue du Château, la route passe par la rue du Pont, pour déboucher sur la Seine. Les plans anciens confirme que c'était bien là le passage pour franchir la Seine, en particulier sur l’atlas Trudaine (1745). Les plans postérieurs de la Révolution montrent que les rives de la Seine ont été aménagés à ce moment, reculant la rive à son niveau actuel, alors qu'elle se trouvait auparavant au niveau de la rue Ybry.

Si ce pont existait toujours, il aurait offert une vue intéressante vers l'Île de la Jatte et le Temple de l'Amour(1785).

En suivant la N13 historique Modifier

Ce parcours suit bien entendu l'axe historique de Paris, par l'avenue de Neuilly (Charles de Gaulle depuis 1971), cas rare de voie portant le nom de la commune sur laquelle elle se trouve. C'est aujourd’hui un axe essentiel de la circulation parisienne et l'automobile a succédé à l’important trafic de tramways. Ce fut d'abord le réseau de la TPDS , qui reprit de nombreuses compagnies du territoire ouest-parisien, puis de STCRP. Passaient alors le 41 (Pont de Neuilly-Madeleine, fermé en mai 1930), le 43 (Pont de Neuilly-Gare Montparnasse, fermé en février 1933), le 58 (Etoile - St Germain en Laye, à la longue histoire compliquée et fermée en janvier 1935, après avoir été chassée de l'Avenue dès juin 1934), le 76 (Porte de Neuilly-La Garenne Charlebourg, fermé en décembre 1934), ainsi que les lignes 38 et 62 (cette dernière a également été chassée de l'Avenue dès juin 1934). C'est à cette époque que la ligne 1 du métro parisien arrive à Neuilly.

L'avenue est partiellement enfouie à la sortie de pont de Neuilly, sur une longueur de 440 m, depuis 1992. La couverture du segment principal, long de 1 400 m, fait l'objet d'un débat depuis.

Le pont de Neuilly fut établi par Perronnet en 1772. Solide pour son époque, il était néanmoins inadapté à la circulation moderne, et fut reconstruit en métal de 1936 à 1942.

Vues de la route Modifier

Par l'avenue du Roule

519 001

Entrée de Neuilly et vue vers la Seine, vers 1930. Le passage du périphérique a bouleversé le quartier (voir ICI).

Vue aérienne années 50 (A noter l'ancien emplacement de la chapelle Ferdinand) : [1]

Vue actuelle : [2]

967 001

Vue vers la Seine (vers 1910). La Statue de Peronnet fut fondue pendant l'occupation, et n'a rien à voir avec l'actuelle présente au Pont de Neuilly.

Vue actuelle : [3]

446 001

Vue vers la Seine (vers 1950). Installation du monument aux morts. Vue actuelle : [4]

015 001

Vue vers Paris. La modernisation a effacé tramways et maisons anciennes.

Vue actuelle : [5]

273 001

Arrivée Place Gouraud (ancienne place du Chateau). Notez le bel édicule pour le tramway. La palce s'est agrandie en abattant les maisons du fond

Vue actuelle : [6]

909 001

Place Gouraud. Les tramways sont rois et de nombreux immeubles anciens subsistent

Vue actuelle : [7]

963 001


Même lieu, mais la ville se modernise.

Pour aller plus loin Modifier

...