FANDOM


Histoire rapide Modifier

Les premières habitations permanentes commencent lorsque les moines de l’Abbaye Sainte-Geneviève à Paris décidèrent d’implanter une chapelle et un prieuré avec sa ferme, pour exploiter les environs.

Robert III, évêque de Chartres fonda en 1156 le monastère de Notre-Dame-des-Anges près de l’église actuelle.

La construction du château de Versailles va bouleverser les lieux, et St-Cyr récupérera de nombreuses personnes chassées par l’établissement du domaine royal. Néanmoins, le centre du village s'établira légèrement à l'écart de la future N10. Le nom de Saint-Cyr deviendra vraiment connu lorsqu'en 1686 fut fondée la maison royale de Saint-Louis, maison d'éducation pour 250 jeunes filles, par la Maintenon. La révolution fera fermer cet établissement en 1793, mais les bâtiments seront repris en 1808, par Napoléon Ier pour installer l'École spéciale militaire.
St cyr 1949

St-Cyr en 1949 (sources IGN). Les effets du bombardements sont encore visibles

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Libreval.

A cause de la proximité avec la gare de triage de Versailles-Matelots, la ville fut bombardée en juin 44, rasant une partie du centre et ruinant l'école militaire. L'école sera recrée en 1945, mais à Coëtquidan sous le nom d' « École spéciale militaire interarmes ». Apparaissant comme une coquille vide, ces bâtiments seront reconstruits en 1964.

Au long de la route Modifier

Nationale 10 Modifier

De Versailles à St-Cyr, un tramway circula de 1889 à 1937. D'abord à vapeur, il fut électrifié en 1895.

Juste avant l'entrée de St-Cyr, la route passe sur la ligne de Grande-Ceinture Ouest, ouverte en 1883. Un trafic voyageur vient d'être remis en place, et la ligne 13 de Tramway Express doit normalement remplacer ce service.

L'entrée de St-Cyr était marquée par le mur et les corps de logis qui encadraient le petit parc de Versailles. Les bâtiments ont été détruits mais le mur est toujours présent, comme ICI.

En hauteur, une batterie complémentaire au fort de Saint-Cyr (1875) surveillait la route et le chemin de fer.

Nationale 12 Modifier

La route de Bretagne commençait ici (aujourd'hui, la D135) en se séparant de la précédente en arrivant plaine de Versailles. Elle se dirigeait vers Bois d'Arcy, avant que ne soit construite la rectification par Trappes.

Vues de la route Modifier

Nationale 10 Modifier

414 001
Entrée de St-Cyr en provenance de Versailles.

Les pavillons du mur du château sont bien présents.

Vue actuelle : [1]

668 001
Vue vers les pavillons, en regardant vers Versailles.

Les maisons alentours ont échappé aux destructions.

Vue actuelle : [2]

970 001-0
Croisement avec la rue du Docteur Vaillant.

Ce quartier a été largement reconstruit après la guerre.

Vue actuelle : [3]

856 001-0
Croisement des rues nationale et Jean Jaurès, qui mène à l'école militaire. Le tramway quittait également la nationale pour aller vers l'école.Tout le quartier a disparu du fait des bombardements.

Vue actuelle : [4]

713 001-0
En avançant vers Rambouillet. L'habitat s'est depuis modernisée et la route a été agrandie.

Vue actuelle : [5]

553 001
Vue vers Paris, en sortie de St Cyr (vers 1920). Le quartier a été lourdement modernisé

Vue actuelle : [6]

Pour aller plus loin : Modifier

les tramways de Versailles : [7]

L'histoire de St-Cyr : [8]