FANDOM


Le bourg même de Sceaux est évitée par la N20. En revanche, une longue partie de la route (de la rue Colbert à la Croix de Berny) longeait le fameux parc de Sceaux.

Histoire rapide Modifier

L'existence de la paroisse de Sceaux est attestée pour la première fois par un acte de 1203, qui indique que la paroisse de Ceaux a été détachée de celle de Châtenay.

Sceaux prend de l'importance par Louis Potier, baron de Gesvres, qui fit construire vers 1597 une grande maison. René Potier y ajouta vers 1640, les terres où se situait l'étang appelé la mer morte qui, avec le vallon où il se trouvait, servit à André Le Nôtre pour établir le bassin de l'octogone et le grand canal. Colbert fit l'acquisition du domaine le 11 avril 1670, puis l'agrandit par l'achat d'autres terres voisines, réunissant ainsi un vaste territoire dépassant largement les limites du parc de Sceaux actuel. Il fit agrandir l'hôtel existant et chargea Le Nôtre d'y dessiner un parc à la française. Le domaine sera confisqué comme bien national en 1793 et transformé quelque temps en école d'agriculture. Il fut acheté en 1798 par Lecomte qui, vers 1803, détruisit le château pour en vendre les matériaux. Le parc fut alors transformé en terres agricoles, les cartes de cette époque signalant l'ancien parc de Sceaux.

ParcSceaux

Comparaison du parc de Sceaux. A gauche (1845), dans l'état avant reprise par les ducs de Trévise et l'extension du parc jusqu'à la N20. A droite, situation actuelle (extrait IGN)

Sceaux devint un lieu de repos des parisiens aisés, avec la mise en place de la ligne de Sceaux dès 1846. Le château actuel fut édifié de 1856 à 1858 par le 2e duc de Trévise, à l'emplacement même du corps central du château de Colbert.

Le lycée Lakanal a été ouvert en 1885.

Le XXe siècle vit l'urbanisation forcée, avec simultanément l'arrivée d'une nouvelle population aisée aux alentours du parc et la création de lotissements plus populaires.

Au fil de la route : Modifier

Sous l'influence de Colbert, fut établit un important marché aux bestiaux (visible sur la carte plus haut), inauguré en 1678. Ce marché prit une importance croissante pour approvisionner la capitale en viande bovine et avec celui de Poissy, avait le privilège d'être seul autorisé là faire entrer les animaux dans la capitale. Sans frigo à l'époque, le bétail pouvait ainsi être acheminé sur pied aux multiples boucheries-abattoirs de la capitale, donnant une note campagnarde à la circulation sur la N20. Ce marché ne fermera qu'en 1867, avec le transfert de cette activité à La Villette, qui regroupera toute les activité viandes autour de Paris. Les bâtiments furent réutilisés par un pépiniériste, avant d'être démolis dans les années 60. Seuls subsistent les deux maisons entourant l’entrée (voir ICI)

Tout le quartier alentour fut loti à partir de 1923, quand le Conseil Général de la Seine racheta le domaine de Sceaux et le fit financer par la vente d'une partie des terrains.

Pour aller plus loin Modifier

Histoire de Sceaux et du domaine : [1]

Plans anciens de Sceaux : [2]

Sceaux en 1930 : [3]