FANDOM


Contrairement à nombre de ses voisines, Trappes existait avant la création de Versailles. Le village s'est développé en deux parties, une le long de la N10 et une plus à l'écart avec le château et l'église.

Histoire rapideModifier

Trappes semble avoir une origine gauloise certaine. Longtemps pris dans la grande forêt d'Yvelines, des grands défrichements sont initiés à partir du XIe siècle par des ordres monastiques ou des grands seigneurs. C'est la reine Adélaïde donne la ville et l’église de Trappes à l’abbaye de Saint-Denis.

Le village sera ravagé pendant la guerre de 100 ans, malgré la présence d'une forteresse et de légers remparts.

Tout ceci semble avoir disparu lors de la création du dispositif du système hydraulique destiné à alimenter les jeux d'eau du château de Versailles, qui nécessita la création de rigoles, aqueducs et étangs. Parmi eux, l’Étang de Trappes, qui a été creusé vers 1677 - 1678.

Le 24 septembre 1852, Henri Giffard fait un vol de démonstration entre Paris et Trappes à la vitesse de 7 km/h dans un aérostat, ballon de 2 500 m3 qui utilise une petite machine à vapeur pour se propulser et atterrit sur le site, aujourd'hui, du quartier de l'aérostat. En 1879, au centre d'expérimentation de ballon-sonde de Léon Teisserenc de Bort, le premier record d'altitude de 1 000 mètres est atteint par le premier appareil ayant pénétré la stratosphère. En 1896 est crée l'observatoire météorologique qui deviendra celui de la Météorologie nationale en 1945.

Trappes 44

Effets du bombardements - Source GetGoogle

La grande mutation pour la vie de la cité se fit après le rachat par l'État de la compagnie de chemin de Fer de l'Ouest qui gère la ligne la ligne Paris-Brest. Celui-ci initiera une vaste gare de triage à partir de 1911. En 1935, la construction du dépôt de locomotives fait de Trappes l'un des centres ferroviaires les plus important de France. Ceci lui vaudra plusieurs bombardements, dont un très sévère le 6 mars 1944, qui fera plus de 100 victimes. La reconstruction verra l'émergence de nombreuses zones HLM et de zones fortement densifiée.

En 1970, Trappes a rejoint la zone de création de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Au long de la route : Modifier

La nationale 10 passait par les rues Vaillant-Couturier, Jaurès et Leclerc.

  • Au 4 pavé du Roy : longtemps un relais routier apprécié, aujourd'hui balayé par les constructions modernes...
  • La porte de Trappes. Deux bâtiments guichets marquaient l’entrée de la ville. Ils semblent voir disparus peu après la seconde guère mondiale.
  • Le croisement de la Fourche : Lieu de rassemblement des canotiers allant à l'étang de St-Quentin et départ de l'ancienne N12. Un restaurant célèbre est toujours présent.
  • Les dents de Scie. Construits rue Marceau et parallèle à la rue Jaurès. Citè ouvrière "moderne" des années 30.
  • 1 rue de l'abreuvoir : un ancien grenier à sel qui servit par la suite d’écurie et d’atelier pour les maréchaux ferrant du relais voisin. C'est aujourd'hui un cinéma.
  • 2, rue Jaurès. L'auberge de l'étoile d'Or. C'est l'ancien relais de Postes. Voir ICI la vue actuelle.
  • La commanderie templière de Villedieu. Un relais pour les pèlerins du Moyen-Age se rendant à Chartres.

Vues de la route Modifier

Pour aller plus loin Modifier